Notre histoire

Currarevagh House a été construite par le grand, grand, grand, grand-père de l'actuel propriétaire en 1842, mais son histoire peut être retracée beaucoup plus loin encore. Le siège de la famille Hodgson dans les années 1600 était à Whitehaven, dans le nord de l'Angleterre, où ils possédaient de nombreux intérêts miniers. Vers la fin du 17ème siècle, Henry William Hodgson a déménagé à Arklow et a commencé l'exploitation minière du plomb dans le comté de Wicklow.

Pêcheur enthousiaste, il a beaucoup voyagé en Irlande pour s'adonner à son sport préféréce qui n'était pas forcément facile à l'époque. Au cours d'une visite dans l'Ouest de l'Irlande, il a décidé de prospecter pour du cuivre : ce
qu'il trouva le long de la colline de Doon Road. A peu près en même temps, il a découvert du plomb de l'autre côté de Oughterard. Cela renforça son envie de vivre en irlande : il s'installa alors à Galway et acheta Merlin Park ( grande maison à la périphérie Est de Galway devenu un hôpital) à la famille Blake et l'exploitation minière commença.
Galway n'étant pas à proximité de ses activités minières, il voulu une maison près de Oughterard. Currarevagh (pas la maison actuelle, mais une maison du début du 18ème siècle à environ 100m de la maison actuelle) fût ensuite la propriété des O'Flaherties, le plus grand clan du Connaught, et, même si aucune preuve n'a pu être trouvée, nous pensons qu'il a acheté le manoir au O'Flaherties. Toutefois une version plus romantique de l'histoire existe : il aurait gagné la maison et ses 28.000 hectares au un jeu de cartes. Le domaine s'étendait au-delà Maam Cross jusque dans le cœur du Connemara.
Le développement de l'exploitation minière a créé un besoin croissant de transport pour le minerai jusqu'à ce que, finalement, deux bateaux à vapeur ("la lionne" et "la Tigresse") soient été achetés. Ceux-ci, les premiers sur la rivière Corrib, livraient le minerai à Galway et revenaient avec marchandises et passagers offrant différents arrêts dans les villages sur le chemin.

De tout évidence les affaires étaient florissantes. La maison actuelle a été construite en 1842, suggérant une richesse et un succès renouvelé. Toutefois, dès que la construction de l'actuel manoir s'acheva dans les années 1850 la catastrophe survint. Cette catastrophe fut une combinaison du changement du droit d'exportation britannique et de la vaste découverte de cuivre en Espagne et en Amérique du Sud, la fin annoncée de l'activité minière en Irlande.

La famille, qui étaient des propriétaires fonciers assez importants à ce stade, impliquée dans divers projets, de la pisciculture à la production de gazon inventa la briquette dans le processus. Le Manoir de Currarevagh a été transformé en pavillon d'activité sportive pour des hôtes payants à partir de 1890 par mon grand-père.  Nous sommes en possession d'une une brochure datant de 1900 avec des instructions pour venir depuis la gare d'Euston. Cela fait de notre GuestHouse l'une des plus ancienne en Irlande : certainement la plus ancienne sans discontinuation.

Après la guerre civile irlandaise des années 1920, la création de l'Etat Libre a entraîné la disparition de nombreux domaines en raison de la distribution des terres. Le manoir de Currarevagh subit le même sort même si les propriétaires étaient présents à l'année et avaient achetés toutes leurs terres en premier lieu. Les propriétaires ont été assurés qu'ils seraient payés 5 shillings (environ 25c) par acre, mais ce rachat n'a jamais été honoré, et dans les faits10 de milliers d'acres ont été confisqués par le nouvel Etat, laissant Currarevagh sans revenu autre que celles des rares hôtes payants. Une cellule locale des Staters (une première version de l'IRA) a même tenté à une époque de faire exploser Currarevagh : les explosifs avaient été caché dans ce qui est actuellement la salle à manger. Toutefois, le plan a été découvert et les explosifs  neutralisés. Dès lors un membre de la cellule IRA locale est resté aux portes du manoir Currarevagh pour avertir tout maraude qu'ordre avait été donné de ne pas toucher le manoir. Bien intégré dans la vie socio-économique locale, nos ancêtres fait autant que ce qu'ils pouvaient pour aider à soulager la souffrance locale, et ce même pendant les années de famine. Un cimetière de la famine se trouve sur notre domaine car il y avait trop de morts pour pouvoir les ramener à Oughterard. Il est également l'un des rares lieux de sépulture à posséder une section consacrée aux protestants.

Ayant survécu aux années 1920 et 30, Currarevagh connut de nouveau les ennuis financiers au cours de la seconde guerre mondiale. Malgré la présence de clients payant irlandais (principalement dû au fait que le rationnement n'était pas aussi strict ici), la maison d'origine avait dû être mise en vente. Elle ne fût pas vendu et une partie fût  finalement démolie en 1946, laissant juste Currarevagh House tel qu'elle est aujourd'hui. En 1947, elle a été la première maison de campagne à ouvrir un restaurant pour ses hôtes payants : ce restaurant est bien entendu toujours ouvert aujourd'hui.